• slider12.jpg
  • slider04.jpg
  • slider05.jpg
  • slider08.jpg
  • slider07.jpg
  • slider01.jpg
  • slider09.jpg
  • slider14.jpg
  • slider10.jpg
  • slider03.jpg
  • slider06.jpg
  • slider11.jpg
  • slider02.jpg
  • slider13.jpg

Billet d'Humeur

Journal de mi-mandat

Retrouvez le journal de mi-mandat de Bérengère Poletti en cliquant sur le lien ci-joint :

 

Lire la suite...

Prochains Rendez-vous

emptyText

Sur Facebook

Recherche

Obstruction Parlementaire

facebook twitter google_plus email print
Une vidéo sur le thème de l'obstruction parlementaire est disponible sur mon site dans la rubrique "en vidéos"

stationnement au centre ville de Charleville-Mézières

facebook twitter google_plus email print

Faut-il « rabrouer » le Maire PS Claudine LEDOUX pour prouver que l’on pense à droite, ou la Députée UMP Bérengère POLETTI pour prouver que l’on pense à gauche? ou peut-être les deux ensemble pour montrer patte blanche et prouver qu’une démarche est apolitique et ne sert que la cause qu’elle entend défendre ?

Allons…. Sachons regarder les choses en face et ne pas tomber dans des manipulations qui voudraient faire croire que la défense du commerce en centre ville est politique.

La démarche des commerçants est totalement légitime et ne dépend d’aucune démarche politicienne !

Ils ont peur et je les comprends, comme je les ai compris et leur ai dit durant la campagne des élections Municipales. La liste que je conduisais avec le soutien de personnalités de gauche qui adhéraient à mon programme, était constituée d’hommes et de femmes qui voulaient un centre ville dynamique, attractif, accessible. Le centre ville est le cœur battant d’une ville, un atout touristique et économique qu’on ne peut déséquilibrer par une simple décision, sans avoir anticipé les flux et les stationnements.

Le plan de circulation urbaine date de 1977 ! Charleville-Mézières risque de subir le lourd handicap d’être une des villes, sinon la ville la moins bien desservie en parkings de proximité immédiate.

On peut vouloir changer le monde, faire « marcher les gens », le risque de cette décision, accompagnée, je vous le rappelle, d’une augmentation de 30% du prix du stationnement, est de voir mourir une partie du centre ville (autour de la Place Ducale) et voir disparaître des dizaines d’emplois à un moment où on n’avait vraiment pas besoin de cela !

J’en appelle donc la Municipalité à plus de raison et d’écoute, et à moins d’aveuglement derrière des prétextes de basse politique.

LETTRE OUVERTE AU MAIRE DE CHARLEVILLE MEZIERES

facebook twitter google_plus email print
LETTRE OUVERTE A MADAME LE MAIRE DE CHARLEVILLE MEZIERES

Charleville-Mézières, le 12 décembre 2008

Madame le Maire,

A plusieurs reprises, j’ai été interpellée par différents habitants de Charleville-Mézières, bénéficiaires de minimas sociaux, qui s’indignent de la décision du CCAS de ne pas leur délivrer de bons alimentaires au mois de décembre.

Il semble que le Centre Communal d’Action Sociale ait décidé de prendre en compte la Prime de Noël 2008 dans le calcul des revenus des demandeurs. Cette décision a bien évidemment eu pour répercussion immédiate le dépassement du plafond de ressources autorisé et la suppression de l’aide du CCAS. Les attributaires, et je les rejoins, ne comprennent pas cette décision qu’ils trouvent injuste et arbitraire.

En effet, à l’heure où le Gouvernement décide d’augmenter cette prime qui était de 152 € en 2007 pour la fixer à 220 € en 2008, pour permettre aux plus démunis d’atténuer autant que faire ce peut les effets de la crise en cette période de fête, il apparaît particulièrement contreproductif d’en sanctionner les bénéficiaires.

J’avoue ne pas comprendre votre décision alors que vous êtes si prompte à défendre dans les médias les plus démunis d’entre nous, ce que j’approuve à condition que les actes se joignent aux paroles.
 
Aussi, il me serait agréable que vous m’indiquiez les raisons qui ont amené le CCAS à prendre cette décision.

Dans cette attente, je vous prie de croire, Madame le Maire, en l’assurance de ma considération distinguée.

Bérengère POLETTI

Copies à : - L’Ardennais 
                  - Messieurs les Conseillers Généraux : Guy FERREIRA, Bruno FRANÇOIS, Christophe LEONARD, 
                     Pierre PANDINI, Boris RAVIGNON

Maison Alzheimer de Charleville-Mézières

facebook twitter google_plus email print

Bérengère POLETTI exprime son étonnement et même sa réprobation de n’avoir pas été informée en amont des difficultés concernant le bouclage du dossier financier d’investissement de la Maison Alzheimer de Charleville-Mézières.

Elle regrette que les élus de la ville de Charleville-Mézières n’aient pas pris la peine de l’en avertir et de lui permettre ainsi d’anticiper, dans l’intérêt des carolomacériens et de la ville, les réponses budgétaires de l’Etat, le Préfet lui-même n’a pas été saisi en temps voulu.

La politique politicienne ne doit pas empêcher les élus de savoir s’entourer et de se faire aider par ceux qui sont en position de le faire.

Aussi, dès que Bérengère POLETTI Députée des Ardennes a pris connaissance de l’article paru dans la presse à ce sujet le 1er décembre dernier, elle a pris les contacts nécessaires auprès de la DDASS des Ardennes, du Conseil National de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) et du Ministère concerné afin de trouver une issue plus favorable à ce dossier.

Depuis une semaine elle est en relation avec le Ministère et le Préfet. Malheureusement le dossier est difficile car les travaux ont débuté malgré la non finalisation du plan de financement.

La municipalité a voulu trop vite poser la première pierre de l’établissement, au détriment des contacts nécessaires pour attirer des participations de l’Etat.

Malgré cela Bérengère POLETTI continue de travailler avec le Cabinet de Valérie LETARD, Secrétaire d’Etat chargée de la Solidarité, pour faire aboutir ce dossier.